Oui je sais j'ai encore un peu beaucoup délaissé mon blog ces derniers temps! :s
Faut dire ça n'a pas non plus été facile ces derniers mois ; allez, je vous raconte!

  Bon d'abord mon stage de psy qui est maintenant terminé était assez prenant, mais pas dans le sens chronophage du terme! Disons que je me suis attaché à certains de mes patients plus qu'il n'aurait fallu et que j'avais vraiment envie de les aider. Faut dire les patients de ce service étaient assez particuliers! Bref on ne m'y reprendra plus, je pensais être grand et avoir échappé à ce genre de choses mais faut croire qu'une petite piqûre de rappel de temps en temps c'est pas superflu!!
  Alors biensûr non, je ne veux pas faire psy, mais j'ai beaucoup apprécié ce stage ; pas à cause du service, le chef incarnant tout ce qu'il y a de plus détestable chez un être humain ; mais grâce à ma chef de salle et mes internes, des amours tous autant qu'ils sont, c'était vraiment un plaisir de bosser avec eux!

  Ensuite il y a eu le facteur D4!
  Parce que la D4 c'est très intense, mais tellement différent de la D3. Je m'explique. En D3 t'es sur les rotules, tu bosses tout le temps, tu jongles avec les cours et tout ; cette année est digne des travaux d'Hercule à n'en pas douter. Mais la D4 c'est pas pareil, elle t'attaque de manière bien plus sournoise, elle arrive par derrière et BAM! En D4 c'est essentiellement de la fatigue moral ; le concours qui te stresse, toutes ces années derière toi qui te pèsent, ta vie perso qui parfois te mine, l'insertitude sur ce dont sera fait ton avenir, ... Bref un million de choses!
  Et je crois que la grisaille aidant j'ai beaucoup souffert de ce versant de la D4, continuant à bosser coûte que coûte, et niant que ça n'allait pas pour qu'au final ça aille de moins en moins bien sans y faire attention jusqu'au craquage! Un grand merci à mes sous-colleuses et surtout amies ; je sais qu'elles ne lisent pas ces lignes mais elles n'imaginent pas à quel point elles comptent pour moi et m'ont aidé!

  Il y a aussi l'isolement en D4. C'est fou comme on peut se sentir seul. On a l'impression que personne ne vous comprend, et surtout dans mon cas quand personne dans ma famille n'est en contact avec le milieu médical ; enfin heureusement que ma famille est là, mais disons que parfois on sourit en faisant genre parce qu'on ne veut pas les blesser. Mais c'est vrai qu'on est un peu livré à soit à passer toutes ces heures interminables devant le bureau, à la bibliothèque ou en conf...

  Alors oui ça peut sembler être peu de choses, mais je vous assure que c'est déjà énorme en soit. La D4 c'est vraiment l'achèvement du broyeur médical!!!
  Et puis j'avoue qu'il y a toujours cette même demande de comment va-t-on se repointer sur un blog après autant de temps d'absence!!

 

  Et pour le moment donc?
  Et bien nous voilà à J-10 des épreuves!
  Stressé?? Oh que oui, faut dire qu'avec les résultats que je vise j'ai de quoi être stressé (oui je me mets un peu la pression tout seul, je sais, mais bon on ne se refait pas), mais bon il le faut bien, le tout étant de porter ce stress en une matière fructueuse le jour des épreuves.

  Et donc je finis de réviser. Je dis je finis parce qu'arrivé à moins de deux semaines des épreuves il n'y a plus grand chose à faire. Soyons honnètes, il y a 345 items au programme et il est impossible, sauf pour ceux qui seront de toute façon dans les 50 premiers (et encore), de connaître tous les détails de chaque chapitre, et pour chaque détail appris de nouveau un autre non vu depuis un mois s'en va ; et oui, il y a quand même une part de chance au concours sur les sujets avec lesquels on a plus ou moins d'affinité!
  Et c'est donc des cas cliniques pour ne pas perdre la main ; la relecture de mon carnet noir dans lequel j'ai noté tout un tas de conneries au fil de l'année ; l'ingurgitation en force des classifications que l'on s'empresse d'oublier aussitôt apprises, genre au hasard les TNM (classifications des cancers) ; les dernières posologies qui ne veulent toujours pas rentrer malgré plusieurs années d'effort, dans mon cas l'asthme et la BPCO (j'ai pu révisé correctement le reflux gastro-oesophagien puisqu'il me rend visite gentillement dans cette dernière ligne droite). Bref, plein de petits ajustements de dernière minute avec des retours sur les items au gré des pérégrinations de mon esprit lors des cas cliniques, de mes lectures, de mes pensées lorsque je me pose dans mon lit le soir...

  Et pour tout le reste essayer d'appliquer au mieux le fameux mens sana in corpori sano. Alors donc manger correctement, tenter de bouger un peu (je dis tenter parce qu'avec ce temps... heureusement qu'il y a le yoga) et s'aérer un minimum en essayant de ne pas culpabiliser (soit donc sur mon crincrin même si j'avoue jouer un peu crispé ces derniers temps!).
  Allez je m'en vais me coucher... Promis je repasse plus fréquemment, même si je vous préviens, je ne vais pas avoir grand chose d'intéressant à raconter (histoire de dire de la merde pour me vider la tête quoi...)!!!